29 janvier 2016 ~ 0 Commentaire

Patagonie: la carretera austral

Pour nous, l’aventure patagonienne commence à Chaiten: nous allons mettre plusieurs jours pour descendre le long de la mythique « carretera austral », la route la plus au sud du Chili. Nous ne passons qu’une nuit à Chaiten, ce qui était sans doute une erreur étant donné la beauté des paysages alentour. Nous prenons un bus à 7 heures du matin pour Coyhaique, puis pour Puerto Rio Tranquilo, surtout connu pour ses capillas de marmol (chapelles de marbres), des concrétions minérales assez étonnantes sur le lac General Carrera.

DSC08743

Plus nous descendons vers le Sud, plus les villages ont un air de bout du monde: des villages de pionniers dont la principale justification est d’occuper le territoire pour affirmer l’appartenance au Chili. A partir de là, les touristes abandonnent généralement le Chili pour passer en Argentine, via Chile Chico. Pas nous! La carretera austral n’est la plupart du temps qu’un simple chemin pierreux, où il faut 4 heures pour parcourir 200 km: qu’importe, c’est là que nous voulons aller!
A Cochrane (4000 habitants, un record pour cette contrée!), nous faisons quelques belles balades dans le parc national. A Caleta Tortel, (500 habitants), nous arrivons sous un ciel gris qui tourne à la pluie à peine avons nous mis le pied sur un bateau pour visiter la baie. Ce village présente la particularité d’être entièrement construit sur pilotis, y compris les rues, qui du coup sont entièrement piétonnes…

DSC08828

Et puis, au bout du bout de la carretera austral, il y a Villa O’Higgins (500 habitants également), l’un de nos meilleurs souvenirs, grâce à ses paysages mais aussi grâce à l’auberge où nous sommes restés, un vrai havre de paix avec ses hamacs et son poêle à bois pour les frisquettes soirées d’été.

DSC08907

Nous quittons Villa O’Higgins à bord d’un bateau qui nous emmène au pied du glacier O’Higgins, que nous voyons (et entendons!) craquer et se répandre morceau par morceau dans le lac du même nom: un grand moment. Et comme nous sommes le 20 janvier, nous profitons du whisky servi à bord, avec glaçons tombés du glacier, pour célébrer l’anniversaire d’Alain.

DSC09000

Après plusieurs heures de navigation, nous accostons sur la rive opposée du lac, dans un lieu qu’on ne peut même pas qualifier de hameau: Candelario Mancilla. Unique habitant répertorié: Ricardo. En été, il fait venir sa sœur et sa mère pour lui donner un coup de main. C’est chez lui qu’on dort (chambre avec vue imprenable sur le lac O’Higgins), qu’on mange et qu’on fête l’anniversaire d’Alain en compagnie d’une famille franco-argentine qui vit au Brésil et qu’on a rencontrée sur le bateau, et de Guilaine, une française rencontrée à Rio Tranquilo…
Le lendemain, après un passage par la gendarmerie chilienne pour faire tamponner nos passeports, nous passons en Argentine…à pied, puisqu’il n’y a plus de route! Le sentier est magnifique, avec superbe vue sur le Fitz Roy.

DSC09082

Heureusement, Ricardo nous a loué un cheval pour porter les bagages: c’est donc très légers que nous marchons les 10 km qui nous séparent du Lago del Desierto, en Argentine, que nous traversons en bateau, avant de rejoindre El Chalten.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Midi-Pêche |
Codegtasanandreas |
Uneteatoulouse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cognito
| Emploicao
| Mikeetangel